La Fabrique d'Horlogerie

     
 
 
     
 

1912

1913

La Fabrique se trouvait à l'emplacement  actuel de l'imprimerie ROOS SA

Fabrique d'Horlogerie Greder Frères

Projet de Conversion de la Fabrique Greder Frères, en une société par Actions

 

  La fabrique d'Horlogerie de Crémines, dont la fondation remonte dans les années 1840, est devenue la propriété de M.M. Greder Frères ensuite d'une vente par la Société Industrielle de Moutier.

  Si jusqu'à cette date la destination de la fabrique a souvent  changé, les nouveaux propriétaires lui ont su donner immédiatement une transformation complète à laquelle les conditions locales se prêtaient d'ailleurs avantageusement. Par de nouvelles installations en machines modernes et par un outillage perfectionné, comme par l'établissement d'une force motrice de 20 HP, la Fabrique a pris une extension notable. Dès le début, une centaine d'ouvriers s'occupaient de la fabrication d'ébauches et de finissage, et arrivaient à fin 1912 à une production annuelle de Fr. 170 à 180.000.--

   Les expériences faites jusqu'à ce jour ont démontré que la fabrication de mouvements bruts rencontraient toujours plus de difficultés pour la vente, vu que la quantité de clients commen4aient à les fabriquer eux-mêmes. On prévoyait donc le moment venu où l'on serait obligé d'entreprendre également la fabrication de la montre prête.

  Pour ces motifs, Messieurs Greder se sont décidés de transformer leur entreprise en une société par Actions et de trouver les capitaux nécessaires pour l'exploitation de la fabrique dans le sens indiqué.

  Quelques échantillons des articles les plus courants en montres bon marché ont été établis et appréciés par les clients qui en ont promis une vente régulière. le perfectionnement de l'outillage et la situation particulièrement favorable de la main-d'oeuvre ont permis d'établir très avantageusement plusieurs calibres spécialement demandés à un prix moyen de Fr. 31.34 la douzaine. En admettant 250 jours de travail par an, on arriverait à une production de 12.250 douzaines, ce qui, au prix de revient indiqué donnerait une somme de 383,915.--

  La moyenne de la vente, basé sur les livraisons faites de ces diverses, peut être fixée sans exagération à Fr. 36.90 la douzaine, soit une vente totale de Fr. 452,025.50. ( Des commandes très importantes provenant de maisons de 1er ordre sont déjà en note pour 1913)

  En admettant les chiffres ci-haut, on obtiendrait un bénéfice brut de Fr. 5.56 la douzaine ou pour l'année Fr. 68,110.50.

  Pour trouver les capitaux nécessaires à l'extension projetée, M.M. Greder proposent la formation d'une société par actions au capital de Fr. 180,000.-- qui serait composé de la manière suivante :

- Capital-Actions, 280 actions à Fr. 500.--      =  Fr. 140,000.--

- Capital-Obligations                                      =  Fr.  40,000.--

 

Ces documents  ont été aimablement mis à ma disposition par Monsieur Claude Roos, de Crémines,  que je remercie.