La parole à un ancien sourcier

 

 

 

Le dictionnaire donne la définition suivante du mot "sourcier" : Personne à laquelle on attribue l'art de découvrir les sources cachées, les nappes d'eau souterraines, au moyen d'une baguette ou d'un pendule.

Durant sa carrière, Marcel Gobat, de Crémines, travaillait de préférence une baguette de coudrier. Il a aussi "tâté" du pendule, mais sa préférence allait à cette baguette. Il rappelle qu'il falait bien la tenir et sentir ce qui se passait lorsqu'elle basculait en avant. Il relève également que d'autres sourciers préféraient le bois d'épine noire ou de noisetier. Il effectuait des travaux de sourcier pour le plaisir uniquement ou pour rendre service à la communauté, sans faire aucune publicité. nombre de particuliers du Cornet (vallée de Grandval-Crémines) ont fait appel à lui et s'en sont félicités.

Marcel Gobat sourit en pensant à ceux qui l'observaient et parfois se disaient : La question n'est pas de savoir s'il y a un truc, et où est le truc, mais bien de savoir s'il y a de l'eau. Il se disait alors : Ici, il y a de l'eau, et je la trouverai!

Marcel Gobat note en passant une curiosité géologique. Selon les archives de la commune, l'eau de la ferme des Vaivres ( près du Siki Ranch) coulait, jusqu'au milieu du siècle dernier, vers le nord et rejoignait Corcelles et le ruisseau du Gaibiat. Actuellement, elle descend vers le sud et se jette dans la Rauss. Un glissement de terrain souterrain fut certainement la cause de ce changement de direction.

Mais laissons-lui la parole:

- J'avais trouvé une source du côté du Raimeux, au-dessus de la carrière, pour "les Grandval". Au début de mes recherches, ils n'y croyaient guère et étaient sceptiques, mais ils ont dû finalement se rendre à l'évidence.

- Une de mes activités consistait à drainer les champs et à déterminer les sources avant le début des travaux. En outre, je collaborais également à la pause des tuyaux de drainage.

- C'est moi qui ai trouvé la source située derrière la ciblerie de Crémines. Elle alimente la fontaine de l'endroit.

- Mon activité de sourcier, limité à la vallée, s'étendit de 1948 à 1970 environ. En 1949, je m'occupait du contrôle des sources des communes de Belprahon, Grandval, Crémines et Corcelles, situées au pied du Raimeux. Exception géographique, une fois, un habitant de Court fit appel à mes services.

Texte tiré de la revue Intervalles No.52 , 1998